Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Un whisky, quelques paroles # Mélissandre & Ariana
Katherine Posy Lewis


Un whisky, quelques paroles

So goodbye my friend
I know I'll never see you again
But the time together through all the years
Will take away these tears
31 août, veille du 1er septembre, rentrée des classes. Habituellement, j’étais plutôt emballée par la rentrée et j’étais la première à me trouver dans ma salle de classe pour mettre en place mes tables, mes chaises et faire en sorte que l’espace de travail soit absolument parfait pour que les élèves aient une concentration maximale lors de mes cours. Mais cette année, tout était différent. Cette rentrée avait un goût amer. La mort de Minerva m’avait bien évidemment touchée, puisqu’elle avait été ma mentor depuis mon entrée à Poudlard. Je ne parvenais toujours pas à comprendre pourquoi cela s’était passé ainsi, et la mort d’Oriana ne faisait qu’ajouter à ma tristesse et ma frustration, d’autant plus que je me sentais tellement coupable … Si elle n’avait pas été sur le chemin de mon bureau dans l’optique de m’annoncer quelque chose, peut-être qu’il ne lui serait rien arrivé. Mais vous savez ce qu’on dit … Avec des si, on mettrait Salem en bouteille.

J’étais directrice-adjointe, en plus de mon rôle de directeur de serdaigle. Cora m’avait laissé sa place, me disant, à son départ, qu’elle avait confiance en moi. Je me disais qu’il devait y avoir un message là-dessous, même si nous étions plutôt proches. Pas autant qu’avec Ariana et Mélissandre, mais j’appréciais beaucoup l’ancienne auror et j’avais beaucoup de respect pour sa personne, ne la jugeant pas sur son passé, notamment pour son addiction à la légilimencie. Mais voilà, le ministère avait fait pression pour qu’elle ne soit pas près des tragiques événements, et nous avions été obligé de céder.

Installée dans mon bureau, je soupirais. Les piles de dossiers devant moi avaient réduits de moitié, et je savais pertinemment que le travail était la seule chose qui me tenait encore réellement sur pieds. Je levais alors la tête lorsque j’entendis deux coups timides à la porte, et, invitant à entrer la personne, c’est une Ariana marquée que je vis entrer.

”Je venais voir si tu avais besoin de mon aide pour deux trois choses. Je sais que ce n’est pas évident, surtout que le directeur a de son côté pas mal de travail.”

Très sincèrement, je n’avais nul besoin d’aide, mais je me doutais, aux yeux rougis et gonflés d’Ariana, qu’elle avait clairement besoin de se changer les idées. C’est pourquoi je lui répondis positivement:

”Tu ne sais même pas à quel point tu me sauves ma journée ! Je veux bien que tu prennes un de ces tas et que tu envoies, par hibou, les dossiers scolaires des 7e années au ministère qui s’occupe ensuite de les donner à qui de droit.”

Bon, même si j’aurais pu le faire seule, je dus finalement reconnaître qu’à deux, cela allait plus vite. Puis nous faisions des commentaires sur les divers dossiers, nous rappelant alors de certains élèves et nous étonnant devant certaines réussites aux ASPIC. Mais lorsque j’eus devant mes yeux le dossier d’Oriana Slughorn, mon regard se bruma et je me levais, une boule dans la gorge.

”Je reviens …”

Même devant l’une de mes meilleures amies, j’évitais de m’adonner aux larmes. Après tout, Ariana avait perdu sa tante, et c’était sans aucun doute une épreuve bien plus compliquée que la mienne. Je gardais la tête haute, je refusais de flancher. Je ne voulais pas montrer mes faiblesses, encore plus depuis que j’étais directrice adjointe. C’est dans mes appartements que je vins m’enfermer, m’asseyant sur mon lit, posant le dossier à côté de moi et laissant couler quelques larmes. Cette gamine comptait sur moi, je l’aidais et je n’avais pas su la protéger. Elle avait été tuée comme un simple moldu, comme si elle ne valait rien … Sauf que ce n’était clairement pas le cas. Oriana était l’une des élèves les plus douées que j’avais connus, et même si elle était un peu tête brûlée, mais surtout une grande expérimentatrice, une vie brillante s’ouvrait devant elle …

Puis doucement, mes pensées se tournèrent vers ma fille. Le nombre de personnes que j’avais perdues cette année était tout de même impressionnant. D’abord Leigh-Ann, qui avait décidé de me tourner le dos après que je lui ai avoué son adoption, puis Vladimir qui avait trahi apparemment le ministère, et enfin Minerva et Oriana … Comment pouvais-je faire comme si de rien n’était ? Je n’avais pas le choix, simplement. J’essuyais d’un revers de main mes larmes et j’allais me passer de l’eau fraîche sur le visage, remettant un peu de poudre au passage.

Lorsque je revins dans mon bureau, je trouvais un morceau de parchemin d’Ariana me disant qu’elle était partie se préparer pour la soirée. Oui, j’avais totalement oublié cela ! Il faut dire que les événements trop riches en émotions étaient quelque peu compliqués pour moi. Mais je ne pouvais pas laisser Ariana aux trois balais seule, même si je savais que Mélissandre serait là. J’étais une amie loyale, et c’est à trois que nous traverserions ce moment. Je remontais donc dans mes appartements, enfilant une robe noire qui m’arrivait juste au-dessus de mes genoux. Et c’est dans le hall du château que je rejoins les filles, et, ensemble, nous nous mîmes en route jusqu’aux trois balais, où se trouvaient déjà quelques personnes, mais nous étions parmi les premiers.

M’installant à une table ronde, suivies de mes deux amies, c’est rapidement que des boissons nous furent servies. Un whisky pur-feu pour ma part. Mon regard se posa sur les deux filles, et je levais le bras en disant:

”A Minerva Mc Gonagall, la femme la plus humaine qu’il m’eut été de connaître, l’enseignante la plus pédagogue et l’amie la plus loyale.”

Et, d’un simple lever de bras, j’avalais le contenu de mon verre, cul-sec. La soirée allait être très longue, et j’allais devoir boire plus d’un verre pour supporter toutes ces émotions. D’autres personnes faisaient un petit discours, rendant tantôt hommage à Minerva, tantôt à Oriana. L’ambiance était vraiment très lourde.



[/color]


Sévérité, exigence et bienveillance

Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner. Donner le meilleur de soi-même permet de vivre en adéquation avec ce que nous sommes réellement. Se sentir fier de soi-même.
Katherine Posy Lewis
avatar
Bébé Pudding
http://historia-pactum.forumactif.com/t1465-katherine-posy-lewis http://historia-pactum.forumactif.com/t1468-katherine-posy-lewis-1-5-libres http://historia-pactum.forumactif.com/t1467-katherine-posy-lewis
Dim 30 Sep - 12:11
Revenir en haut Aller en bas
Kassie G. Ollivander

Un whisky, quelques paroles...
feat. le trio des profs'

Pré-au-Lard ¤ 31 août 2023 - 21h00
L’été  n’avait pas été simple, à l’image de la fin de l’année dernière d’ailleurs. Pour pallier mon sentiment de culpabilité qui me rongeais peu à peu, je m’étais plonger corps et âme dans mon stage à la gazette du sorcier avec Sutton. Mais comme toutes autres chose, l’été aussi avait une fin. Nous l’avions clôturé dans les règles de l’art avec la Pool Party au manoir de Little Hangleton. Soirée qui avait laissé des traces… et des défis à remplir ! Je venais de déposer son scrutoscope flambant neuf à Joy quand j’aperçue Miss Lewis, Miss Vablatsky et Miss McGonagall à une table en train de boire ce qui semblait être leurs chagrins. J’eu une sorte de pincement au cœur l’espace de quelques instants. Sortant de mon sac un recueil que nous avions fait avec Sutton pour l’ensemble des élèves ayant connue l’ancienne directrice, je me rendais d’un pas mal-assurée et inhabituel pour moi vers leurs tables.

« Excusez-moi »

Dis-je en me raclant la gorge pour signaler ma présence aux trios des femmes fatales de Poudlard.

Je viens juste vous déposer ça Miss McGonagall, nous avons fait ça pendant l'été avec Sutton. C’est de notre part à tous en l’honneur de votre tante. Je pensais judicieux de vous le donner un autre moment que demain.

Je posais l’ouvrage à la reliure de cuir contenant diverses photographies de Minerva à travers les âges, des souvenirs d’élèves retranscrit avec des mots, ainsi que des portraits des élèves les plus douée en art. ça nous avait pris tout l’été à Sutton et moi pour le faire, même avec l’aide de Rita.

Je ne vous embête pas plus longtemps. Bonne soirée.

Terminais-je avant de prendre congé d’un signe de tête polie agrémenter d’un sourire qui ce voulais timide. Puis je repris ma place à notre table, entre Jessica et Sutton, face à mes deux frères pour continuer la soirée comme il se devait.

code (c) black pumpkin




You can call me Queen B ☼ "Je me suis carapaçonnée de cynisme, mon coeur est châtré, je suis l'affreuse Dépendance, la moquerie du Leure universel. Eros planque une faux dans son carquois."

(c) black pumpkin
Kassie G. Ollivander
avatar
Bébé Pudding
http://historia-pactum.forumactif.com/t1424-morgane-g-ollivander http://historia-pactum.forumactif.com/t2453-kassie-g-ollivander
Dim 30 Sep - 13:04
Revenir en haut Aller en bas
Lily-Rose Lucchese
Un whisky, quelques paroles...
Jeudi 31 août 2023 ••• Jusque-là, je n’avais eu aucune anicroche dans le programme que j’avais organiser pour le ministre de la magie, ce qui voulait probablement dire que je faisais bien mon boulot. La délégation ministérielle était arrivée à Pré-au-Lard sans encombre, et le ministre buvais actuellement un verre avec quelques personnes à une table des trois balais. Quant à moi, je restais à proximité (au cas où) mais au bout d’un moment, même moi j’avais des besoins humains. Je quittais donc mon poste quelques instant le temps de me rendre au petit coin comme une lady, en toute discrétion. En revenant, je passais par le bar me commander une bierraubeure. Je ne buvais pas pendant le service… Enfin pas vraiment. Aussi, après avoir pris ma bouteille décapsulée par le barman, je contournais bon nombre de table, jusqu’à tomber sur une demoiselle probablement encore étudiante qui me rentrais dedans en retournant à sa place. La jeune fille aux yeux vert ne s’excusa même pas et continua sa route comme si de rien était. En baissant les yeux pour juré face à la nouvelle tâche de liquide sur mon jean, j’aperçue un morceau de parchemin au sol. Je le ramassais et me tournais vers la table où trois personne semblait boire leurs chagrins.

-Je crois que vous avez fait tomber ça ?

Dis-je en posant le morceau de papier pliée sur la table. Je saluais les jeunes femmes en les gratifiants d’un « bonne soirée » et repris mon avancée vers le fond de la salle où se trouvais mon patron, visiblement en grande conversation avec un de ses directeurs de département. Attrapant une serviette, j’entrepris d’essuyer ma jambe avant de me rassoir pour continuer la soirée dans l’ombre de mon chef.
©️ 2981 12289 0




10% luck • 90% skills"wear your heart on your cheek but never on your sleeve, unless you wanna taste defeat."
Lily-Rose Lucchese
avatar
Bébé Pudding
http://historia-pactum.forumactif.com/t2475-lily-rose-lucchese http://historia-pactum.forumactif.com/t2477-lily-rose-lucchese-o-2-2-disponibles http://historia-pactum.forumactif.com/t2478-lily-rose-lucchese-o-mon-carnet-d-adresse
Dim 30 Sep - 16:55
Revenir en haut Aller en bas
Melissandre Vablatsky
Un whisky, quelques paroles...Melissandre, Katherine & ArianaTrente et un août… Nous n’aurions pas dû faire notre rentrée avant le lendemain. Et pourtant Ariana, qui avait passée bon nombre de nuits sur mon canapée depuis le début de l’été et moi nous étions rendus à l’école un jour plus tôt. Il faut dire que tout cette année sonnais faux. Faire revenir les élèves un jour plus tôt pour la commémoration… Couper par un week-end avant de reprendre notre vie comme si de rien. Après tout nos élèves avaient besoin de nous. J’étais plonger dans l’inventaire de ma réserve, tâche répétitive et fort peu passionnante mais qui au moins m’occupais l’esprit. Ariana, elle était aller voir si Katherine avait besoin d’aide dans sa charge de travail. Après tout elle avait été nommée directrice adjointe cette année. Chaque tic-tac de ma montre semblait espacer d’une heure entière tant le temps me paraissais figé. Et pourtant, les journées n’était jamais passée aussi vite que cet été. C’était comme si je vivais ma vie à deux vitesses. Un paradoxe qui me tenait éveillée tard le soir dans ma cuisine, alors que Teddy et Aleksandra dormait. Et qu’Ariana profitait de moment de solitude, sans vraiment l’être.

Au bout d’un moment, combien de temps exactement je ne saurais le dire, la brunette passa sa tête par l’encadrement de la porte alors que j’étiquetais d’un geste machinal un bocal de croc de serpent du cap.

-ça va être l’heure Meli, il faudrait qu’on ce prépare.

J’acquiesçais d’un signe de tête et rangeais le bocal. Je continuerais plus tard, de toute façon il ne me restait pas grand-chose à faire. Mais par ses temps trouble on s’occupais comme on pouvait, le décès de Minerva était un coup du. Pour Ariana qui tenait énormément à sa tante, après tout c’est elle qui l’avait recueilli à son retour, après qu’elle eu fait adopter l’enfant qu’elle n’avait jamais eu la chance de connaître. Pour Katherine elle avait été un mentor et une amie. Il en était de même pour moi d’ailleurs. Minerva m’avait tant apporté en si peu de temps, une vie stable et de précieux conseil. Surtout après la mort de ma mère, quand j’eu la responsabilité de mes deux jeunes sœurs alors que je n’avais jamais eu à m’occuper de quelqu’un d’autre que moi. Ou encore quand elle m’aida à expatrier mon apprenti en Angleterre après le drame qui avait touché son village en Grèce. Tant de fois ou Minerva avait été là pour nous. Et pourtant, ce soir là en haut de la tour d’Astronomie, aucune d’entre nous n’avais pu lui prêter main forte. Elle avait été pousser du haut de cette maudite tour comme un vulgaire moldu, la chute rapide et violente qui avait dû lui paraître une éternité.

Je montais d’un pas de robot jusqu’à mon bureau où j’enfilais une robe de soirée et des escarpins, attachant mes cheveux en un chignon quelque peu brouillons. Toute de noir vêtu, avec une large pochette pour ranger ma baguette et mon porte-monnaie. Je rejoins mes deux amies les plus proche dans le hall, nous nous rendions aux trois balais où tout le monde c’était donner rendez-vous. Installer à une petite table ronde, dans l’ombre d’une lampe à huile, nous commandions nos boissons. Je suivis Katherine dans son choix, un whisky pur feu serait parfait. Ariana fit de même. Je glissais au serveur de nous laisser la bouteille sur la table, nous en aurions besoin. Puis ce fus Katherine qui leva son verre pour porter un toast à la mémoire de Minerva. Je levais mon verre et but une gorgée en même temps que mes deux accompagnatrices.

Quand je reposais mon verre, ce fus pour voir Kassie Ollivander, une élève de sixième année se présenter à notre table, s’adressant à Ariana pour lui offrir se qu’elle et d’autres élèves avaient préparer pendant l’été. Je vis qu’Ariana était touché, mais incapable de parler. Je répondis donc à sa place.

-Merci miss Ollivander, et merci à Miss Skeeter, c’est un très beau geste.

L’adolescente sembla comprendre et ne pas vouloir déranger, elle prit congé et tourna les talons pour retourner à sa table. Nous vidions nos verres en silence quelques instant, jusqu’à se qu’une inconnue le brise pour nous présenter un morceau de parchemin que nous avions peut-être fait tomber. Je ne pensais pas qu’il nous appartenait, mais nous n’avions pas le temps de répondre qu’elle était déjà partie. Je soupirais et levais mon verre à mon tour.

-À Minerva, la femme la plus courageuse et tolérante que j’eu connus. Sa sagesse nous à bien souvent sauvé de nous-même.

Puis je bus une gorgée. Posant mon verre, j’attrapais le morceau de parchemin et le dépliais par curiosité. Ce que j’y vis me fis écarquillée les yeux. Il s’agissait d’un serpent à trois têtes sur une bannière verte et argent. Je lâchais le petit morceau de feuille, laissant mes amies le découvrir avant de lancer un regard lourd de sens à Katherine. N’était-ce pas la même marque qui avait été retrouvé gravée sur le bras d’Oriana Slughorn ? L’élève qui était morte le même jour de Minerva ?
© 2981 12289 0


Il est souvent trop tôt, pour savoir si il n'est pas trop tard.Regarde la lumière est admire sa beauté. Ferme l'oeil et observe. Ce que tu as vu d'abord n'est plus; et ce que tu verras ensuite n'est pas encore. Qui est celui qui le refait, si le faiseur est perpétuel mouvement ?
Melissandre Vablatsky
avatar
Psycho Baklavas
http://historia-pactum.forumactif.com/t1357-melissandre-vablatsky#15133 http://historia-pactum.forumactif.com/f21-repertoire-des-rps http://historia-pactum.forumactif.com/f22-fiches-de-liens http://charmed-legacies.forumactif.com/
Jeu 11 Oct - 18:20
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: