Historia Pactum

par Scandalucia

(c) Historia Pactum est un forum rpg créé et appartenant entièrement à Scandalucia (Kassie H. Ollivander). Contexte, chronologie, intrigues, quêtes, systèmes de jeux, postes vacants, annexes écrit et/ou inventé par Scandalucia. Thème créé par BRUME. P.A. proposé par Never-Utopia. Harry Potter est une saga littéraire écrit par J.K. Rowling, dont les droits d’exploitations appartiennent à la Warner Bros. Nos sources sont Pottermore, Wikia Harry Potter et l'EHP.
Mes remerciements !

Teaser

Petites annonces

01/06/2019 — Lancement des classes de combats
05/05/2019 — De nouvelles annexes sont en ligne, tel qu'une meilleure explication du système de jeu et livres de potion, alchimie et cuisine sont en ligne.
04/05/2019 — Lancement de la bêta test des nouveaux systèmes de jeux.
01/05/2019 — Gros ménage de printemps sur le forum.
30/04/2019 — Grosse MAJ de l'organistation et du contenue des profils.
30/10/2016 — Ouverture du forum !
14/10/2016 — Création du forum par Scandalucia [Kassie G. Ollivander]

Partenaires

©️linus pour Epicode
En bref
RSS
RSS
   
              



 

Partagez
 

 Eiji N. Kurotchkine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiji N. KurotchkineHistoria PactumEiji N. Kurotchkine
papa jiji
Exp : 26096
Points de vie (HP) : 4550
Baguette : bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm & rigide
Photomaton : Eiji N. Kurotchkine Tumblr_ps2z7xycD91uvysq4o1_640
Célébrité : Yoo Seung Ho
Parchemins : 1699
J'aime : 74
Date d'inscription : 23/02/2018

Secreto Revelio
Classe de Combat [Principale]: [Duelliste] • Passe-Partout [Duelliste] • Passe-Partout
Sortillèges appris:
Mon Familier:

Eiji N. Kurotchkine Empty
MessageSujet: Eiji N. Kurotchkine   Eiji N. Kurotchkine EmptyLun 4 Fév - 22:11




Eiji Nikolaïovich Kurotchkine


100x100

Prénom et Nom :

Eiji Kurotchkine

Date de Naissance :

sept mai deux mille cinq

Âge :

Dix-huit ans
100x100

Statue du sang :

Sang-mêlé, vous êtes cependant prié de ne pas le lui faire remarquer

Lieu de Naissance :

Ryu Masaaki sur une petite île perdue de l'archipel des Kouriles

Métier/Etude :

Apprentis Tireur d'Elite de Baguette Magique officiellement.
Ainsi qu'entraineur et garde du corps de @Kassie G. Ollivander toujours officiellement.
Officieusement, il est à la tête d'un vieux clan autrefois réputé pour son savoir martial et certaines techniques d'éliminations furtives.

Baguette :

 Bois de cerisier, crin de Kelpy, 23 cm, rigide

Patronus :

Chat Léopard du Bengale (Yama-neko).

Epouvantard :

Autrefois le corps sans vie de son grand-père. Celui ci étant décédé cet été et Eiji ayant vu sa plus grande peur prendre forme sous ses yeux, il a aujourd'hui changé pour être un Epouvantard beaucoup moins dans l'affectif car il s'agit de lui-même dans un costume trois pièces bariolé et les cheveux totalement rasés

Personnalité

Autant être honnête dés le départ, Eiji est ce que l'on pourrait appeler une pure étrangeté. Mixture de traditions totalement opposées et qui semble pourtant si bien s'assembler. Il à le côté sorcier par son père, le côté moldu par sa mère. Des traditions nipponnes ancestrales coulent dans ses veines et s'allient au mode de vie des zones reculées de Russie. On ne mentira pas en disant qu'il est parfois un peu étrange dans le paysage. Qu'il ne colle pas vraiment à la réalité dans laquelle il a été inséré et pourtant, Eiji se sent tout à fait à sa place en ce monde. Il a appris à évoluer avec sa différence et, malgré les apparences, il ne s'en porte pas plus mal ainsi.
Élevé selon des doctrines moldues nées à une époque aujourd'hui révolue, son visage est souvent paré d'une grande sérénité. Sur ses traits, jamais émotion ne transparaît. Telle l'eau tranquille, Eiji semble incapable d'être ébranlé par quoi que ce soit et silencieusement, il continuera ainsi sa route. Peut-être est-ce perturbant pour certain, peut-être pas ; le jeune sorcier ne se pose pas vraiment ce genre de question. Il sait ce qu'il est, ce qu'il veut et ce qu'il doit faire pour l'obtenir.

Déterminé jusqu'au bout des ongles, il est inutile de tenter de le détourner de l'objectif qu'il s'est fixé. Eiji n'est pas du genre à baisser les bras où à rebrousser chemin, même si la route doit parfois être contournée, il est hors de question qu'il revienne sur ses pas. Un trait de caractère commun à tout les membres de sa famille visiblement, tant du côté de sa mère, que de son père. Dans cette famille riche d'une jolie mixité, on n'est définitivement pas du genre à s'en laisser compter.
Appliqué et discipliné, Eiji est très clairement le genre de personne à ne s'inquiéter que d'une chose : être en haut des tableaux. Et la difficulté lui importe peu ! Persévérant, il y a fort à parier qu'il trouvera toujours une solution à un problème donné, quitte à devoir mettre les bouchées doubles. Malheureusement, c'est peut-être cette soif inextinguible d'exceller qui l'a certainement poussé à s'enfermer lui-même dans un cocon dont il peine à sortir.
Totalement perdu entre deux mondes lors de son entrée à Durmstrang, il semble qu'aujourd'hui ses peurs passées se soient envolées. Du moins, n'en montre-t-il plus rien. Quant à savoir si c'est un mal ou un bien... Eiji n'est pas prêt de se pencher sur le sujet ; il y a bien trop de fierté en lui pour qu'il soit capable de s'abaisser à ce genre d’exercice. Malgré quelques accrocs dans son parcours, Eiji est très fier de ce qu'il est, de ce qu'il parvient à accomplir chaque jour ; il apprécie repousser ses limites. Les concessions sont rares pour le jeune homme qui réagit plutôt durement à l'échec et qui a du mal à se laisser guider. Pour lui, on n'est jamais mieux servit que par soi-même et donner sa confiance à une tierce personne est une véritable épreuve de force.

Eiji ne compte pas se laisser avoir par qui que ce soit, cette idée lui étant totalement hors de portée. Sur l'archipel des Kouriles, il avait l'habitude de compter sur lui et son éducation ; les choses n'ont pas changée après son entrée à Durmstrang et il en a été récompensé. Alors pourquoi s'ouvrir au changement ? Ne serait-ce pas là un retour en arrière ? Eiji est ce qu'il veut être et tant qu'il n'aura pas décidé le contraire, il est fort probable qu'il ne change pas d'un iota.

D'un naturel plutôt calme est posé, Eiji n'est pas le genre de garçon à prendre les devants quand il s'agit de faire des blagues. Il n'a même d'ailleurs jamais réussi et à vite retenu que cet art n'était définitivement pas pour lui. En revanche, il est fort probable qu'il soit le premier à en rire -même discrètement- , à applaudir où à en demander d'avantage à l'aide de quelques petits regards insistants. Après tout, malgré une maturité certaine, il n'a que 17 ans et a aussi besoin de se vider l'esprit de temps en temps. Toujours poli et appliquant à la lettre une sorte de guide sur les bonnes manières il est très rare de l'entendre hausser le ton bien qu'il ne se prive pas pour dire quand quelque chose ne lui plaît pas ou le défrise totalement. Il est cependant déconseillé de le déranger quand il est concentré sur quelque chose sans y avoir été invité. Eiji apprécie très peu qu'on s'insinue dans la bulle qu'il se crée. Pour lui, il s'agît là d'un affront susceptible de faire naître une profonde rancœur envers l'importun.
Ce que j'aime dans la vie c'est les grands espaces, l'honneur, les responsabilités. En revanche je n'aime pas du tout le bruit, échanger quoi que ce soit avec qui que ce soit et l'obsolescence. Comme sport j'adore la plupart des arts martiaux que je vous demanderai de ne pas confondre avec les simili méthodes de combats qu'on apprend à l'institut.. Ma plus grande passion est l'accomplissement des tâches que je juge dignes. Mon plus grand rêve serait de faire renaître de ses cendres les mémoires de ma famille maternelle. Si non concernant ma vie Personnelle je suis célibataire. Et en amour je suis plutôt hermétique mais très certainement exclusif et fidèle.J'ai aussi un petit signe distinctif, des cheveux étonnement soyeux et long pour un jeune homme.Mon image

Mon histoire

L'histoire de la famille d'Eiji est loin d'être banale ou simple, c'est un imbroglio de faits qui se sont succédé dans un désordre ambiant. Pourtant, pour les membres de sa famille, tout est issu de la logique. Il y a d'abord la famille de sa mère, sorciers de générations en générations mais qui ont dus, un jour, changer de point de vue pour s’entacher de sang moldu. Puis il y a celle de sont père, sorciers eux-aussi qui ont finis par migrer loin des grandes cités européennes. Ajouté à cela, il y a son lieu de naissance qui tient une place prépondérante dans l’enchaînement des péripéties. Rien n'est vraiment simple quand il s'agit de sa famille et rien ne le sera jamais. On a oublié depuis longtemps les noms de ces premiers ancêtres, chacun se retrouvant dans les archives de pays différents. Aujourd'hui, ils ne sont plus qu'un tout petit nombre. Quelques âmes survivantes accrochées aux branches des arbres généalogiques. Ils vivent en autarcie, cachés au yeux du monde moldu comme du monde sorcier. Tant bien que mal, ils ont préservés des traditions qui finiront elles-aussi par disparaître avec le temps. Rien n'est immuable même dans les coins les plus reculés.
Inutile de se mentir, si l'éducation est importante, l'histoire l'est d'autant plus. Elle laisse des marques indélébiles ; comme de l'encre noire séchée sur du papier.  

D'aussi loin qu'il s'en souvienne, les récits concernant sa famille maternelle ont toujours fait état de leur présence sur cette petite île de l'archipel des Kouriles. Chaque membre est né ici, dans ce cadre que les moldus japonais ont toujours crus inhabité. Protégée par de nombreux sorts, l'île de quelques kilomètres de long à vu grandir et s'épanouir une bonne dizaine de générations de sorciers. Et les aînés ont longtemps tenu à ce que les choses restent ainsi. Même maintenant, alors que les événements se sont bousculés depuis plusieurs années, les plus âgés sont encore particulièrement attachés à leurs racines nippones et les plus jeunes sont éduqués dans une toute autre réalité.
Les gens de cette île sont hors du temps, ils semblent être restés bloqués dans une réalité alternative dont même les sorciers ont été évincés. Et si il n'y avait pas eu ces guerres moldues, ces revendications sur les territoires et ces morceaux de papiers qui ont, un jour, déclarés que l'archipel serait aujourd'hui Russe, peut-être que les choses auraient été différentes pour Eiji et ses pairs.  

Mais la vie est ainsi faite, qu'elle réserve souvent de nombreuses surprises. Eiji à été élevé dans la plus pure des traditions japonaise bien que son père soit d'origine Russe. Sur l'île, aujourd'hui encore, c'est son grand-père maternel qui a le dernier mot et il a beau être de sang-mêlé, mal-venu serait le sorcier qui le lui ferait remarquer. Pour le vieux sage, il n'y a qu'une tradition qui prévale et elle n'a rien à voir avec la magie. Cette vision des choses a toujours été une partie d'Eiji et il n'y a qu'en ce lieu qu'il se sent bien. Depuis sa naissance, l'empreinte de cette île semble avoir été tellement ancrée en lui qu'il est fort probable que jamais il ne puisse s'en détourner. Et si pour certain, le poids de cet héritage pourrait s'avérer difficile à supporter, pour lui il s'agit plus là d'une bénédiction des anciens que d'un fardeau.
Pourtant, avec un père issu d'une famille de sang-pure qui ne voit pas du tout les choses de la même manière, on aurait pu s'attendre à ce que les choses soient bien différentes. Si pour la famille maternelle d'Eiji, les coutumes ancestrales du japon prévalent sur l'utilisation de la magie, pour celle de son père, ça sonne comme une insulte.
Ils n'ont pourtant rien à dire et absolument pas droit au vote. De l'avis des anciens, si on supporte la présence des Kurotchkine, c'est uniquement car ils avaient besoin d'un sang nouveau pour empêcher un taux trop élevé de consanguinité. Bien des années plus tôt, lorsque la guerre moldue avait éclatée entre le japon et la russie, ce fut aussi pour cette raison qu'ils sauvèrent quelques moldus nippon de la déportation. N'y voyez pas là une quelconque grandeur d'âme, la famille d'Eiji aurait fini par disparaître si ils n'avaient pas fait ce choix. Où bien elle se serait dispersée aux quatre vents autour du monde ce qui n'était pas du tout envisageable. Trop de fierté mal placée pour cette terre qui les avaient portés.
D'aucun pourrait ne pas comprendre ce grand attachement pour un simple bout de terre et Eiji peut aisément entendre que certain aient des idées différentes. En revanche, son éducation est telle que son point de vue ne pourra jamais se rapprocher du point de vue des « étrangers ». Puisqu'il s'agit bien de ça au final, eux et les autres. Eux qui seront toujours plus légitimes que les autres peu importe les choix faits par le passé.

Très tôt sa mère s'attacha à lui inculquer des notions d'arts tels que la calligraphie, l'ikebana et la musique. Elle jouait d'ailleurs divinement du Ryuteki, cette flûte traversière qui ressemblait à s'y méprendre aux rugissements d'un dragon volant dans le ciel. Elle passait d'ailleurs de nombreuses soirées et nuits près du petit sanctuaire dédié aux dieux protégeant la famille à jouer et à seulement trois ans, il n'était pas rare de voir le bambin s'extirper de son lit pour la rejoindre. Ses jambes encore peu assurées traversant les jardins pour aller s'endormir à quelques pas de sa mère dans les herbes hautes. Aujourd'hui encore, le souvenir du corps de sa mère en kimono jouant a la vue des étoiles et de la lune lui apparaît comme étant la plus pure des choses qui puisse exister en ce monde et avant qu'il n'aille étudier à Durmstrang, il n'était pas rare de le voir, lui-même, jouer de la flûte au clair de lune. C'est une façon pour lui de garder un contact avec cette femme aimante qui l'a quitté trop tôt de son point de vue.
Et de même que sa mère s'attachait à lui faire découvrir la beauté du monde à travers l'art, son grand-père paternel n'avait de cesse de lui conter les histoires d'un passé depuis longtemps révolu. Hatsumi était en effet un véritable puits de connaissances quand il s'agissait de parler de l'île de sa naissance à aujourd'hui. Il connaissait sur le bout des doigts tous les noms des membres de la famille aujourd'hui décédés, toutes les dates qui les avaient marqués au plus profond. Son discours sur les techniques martiales et magiques de la famille avait le don d'émerveiller le jeune garçon qu'était Eiji à l'époque. Plus son grand-père lui parlait et plus ses rêves se peuplaient d'épiques épopées dont il était le principal héro. Hatsumi et sa fille Noriko avaient ce don d'aiguiser en lui un intérêt certain pour tout ce qui avait aujourd'hui plus où moins disparu et qui ne perdurait qu'au travers de quelques personnes. Peut-être est-ce pour cela qu'on peut affirmer qu'il a appris les arts martiaux avant même de savoir marcher, parler ou utiliser la magie.
Et n'allez pas croire que son père, Nikolaï n'avait le droit qu'aux miettes de ce qu'on voulait bien lui laisser. Lui aussi avait pour charge d'éduquer son fils, de manière différentes et avec des sujets différents. Pour lui c'était plutôt l'histoire du monde magique tel qu'il le connaissait et tel qu'il était avant les grands changements. Avant l'avènement des Mages Noirs. D'abord Grindelwald, puis Celui-dont-ne-doit-pas-prononcer-le nom. Il avait pour charge d'apprendre à Eiji toutes les subtilités des arcanes de la magie -même si Eiji n'avait pas encore déclaré le moindre pouvoir-. Pour être honnête, il était tout aussi important pour sa famille maternelle, que sa famille paternelle, qu'il en sache un maximum. Ici, il vivait à l'abri du monde, ce ne serait plus le cas lorsqu'il devrait aller à l'école. Et vu que les îles étaient aujourd'hui sous égide Russe, il n'irait pas à Mahoutokouro comme ses ancêtres, mais à Durmstrang comme sa mère et son père avant lui. Enfin ça, ça aurait lieu si il daignait bien montrer une quelconque aptitude pour la magie. Les arts japonais c'était bien beau, mais bien que ces deux familles autrefois pures, avaient dues faire quelques concessions, il était hors de question qu'un cracmol soit dans ses rangs. Si tel était le cas, il ne passerait pas la nuit. Une honte à la fois et chacun souhaitait gommer les traces les moins glorieuses du passé.

Autant pour eux, la disgrâce complète ne tomba pas sur la famille et Eiji fini par déclarer ses pouvoirs avant d'intégrer, quelques années plus tard, l'école de magie Nord Européenne. Il fut quelque peu étonné de voir que son nom de famille était déjà connu ici. Visiblement, il n'avait pas pris la mesure de l'étendue de l'importance de sa famille paternelle. Même si son père et lui en était les derniers représentants actuellement, il semblerait bien que leurs ancêtres avaient fait parler d'eux pendant plusieurs génération jusqu'à leur disparition complète après la chute du dernier mage noir. Qu'on se le dise, ce fait lui posa quelques soucis d'intégration, ça et le fait que sa famille maternelle était quasiment inconnue au bataillon. Sa mère n'avait pas réellement brillé lors de sa venue dans cette école et on n'en connaissait quasiment rien.
Pour Eiji, ça allait s'avérer différent. Sa trop grand fierté, empêchant qu'il soit totalement anonyme et qu'on ne reconnaisse pas son potentiel. Si tel avait été le cas, ça aurait signifier que son grand-père avait loupé une partie de son éducation et l'insulte aurait été si violente aux oreilles de son père qu'il l'aurait senti passer.
Eiji n'a ni frère, ni sœur et tout juste deux cousins en vie actuellement. Sa famille est en train de s'éteindre lentement mais sûrement et pour les deux partis, il est impensable de disparaître sans laisser une trace, un héritage quel qu'il soit.

C'est à force d'application qu'il se fraya un chemin en haut du tableau. Il ne serait jamais le meilleur en tout, il ne rentrerait peut-être jamais totalement dans le moule non plus. Mais rien ne l'empêcherait de tenter. Tout comme il avait tenté sa chance en troisième année, lors des sélections de Quidditch, ça n'avait pas été des plus simples et pas forcément bien accueilli par son grand-père mais, pour Eiji, c'était l'étape à passer pour être pleinement intégré. Après tout, il était très différent des autres élèves, son éducation creusant parfois un profond fossé entre lui et les autres.
Et tout le monde le sait, pour atteindre l'excellence, il faut parfois prendre des routes détournées. A force de persévérance, la différence d'Eiji commença à s'effacer sans pour autant disparaître totalement. N'en déplaise à certain, il doit souvent faire plus d'efforts que les autres pour arriver à un résultat similaire et avoir le niveau de reconnaissance qu'il mérite.
Mais le temps avançant, il ne doute pas qu'il réussisse un jour à être là où il le souhaitait. Peut-être est-ce pour cela qu'il souhaita prendre par aux pré-sélections de son école pour participer au Tournois des Trois Sorcier et faire partie de la délégation qui serait envoyée à Poudlard. A moins que ce ne soit une simple envie de découvrir le monde. Eiji ne répondra sûrement jamais à cette question, mais il y a fort à parier, que derrière tout ceci, se cache simplement une bonne dose de fierté...


100x100

Un pseudo?

Nam toujours xD

Un âge?

Zut !

Votre avatar ?

Yoo SeugHo

Dîtes nous en un peu plus sur vous ?

ninja

Comment avez-vous trouvé le forum?

Maiseuuuuuh e.e

Quelque chose à dire à propos du forum?  

moi être maison e.e

Mes Skills de Sorcier


Dons/Hybride
Don : Animagus
Age d'acquisition du don : Entre 17 & 18 ans, le don est en cours d'acquisition. Eiji n'en est qu'au stade embryonnaire de son projet de devenir Animagus.
HRP, A terme je l'imagine bien se transformer en Renard Noir mais pour l'instant, il n'a aucune idée de ce à quoi il va ressembler au final. Il n'a entamé le processus qu'une fois son nom déposé dans la coupe de feu, soit quelques jours avant la sélection des champions.

Vos motivations pour ce don : Alors, j'ai longuement hésité pour savoir quel don serait bon pour ce petit sorcier, d'où le fait qu'il n'en avait aucun jusqu'ici et qu'il/je n'en a/ai jamais parlé.
Au final, je me suis tournée vers l'animagus, ça me semble ce qu'il y a de plus approprié pour Eiji. Le premier choix était l'occlumencie mais qui s'intéresserait à ce qu'il a dans la tête pour le moment...
De plus, dans mon esprit, devenir Animagus est autrement plus compliqué que devenir Occlumens et Eiji est un garçon qui se donne de nombreux défis, plus c'est complexe et plus il mettra un point d'honneur à essayer et réussir par n'importe quel moyen. Dans un premier temps, c'est donc le défi qui l'a attiré vers ce don, il a une envie profonde de voir son moi-profond se fondre et prendre vie dans le corps d'un animal. Pour lui, c'est à la fois une manière de disparaître autant que de s'affirmer et de se prouver qu'il est capable de tout et que les limites ne sont définitivement pas pour lui. En somme, de base, c'est un pari contre sa propre fierté -et elle est immense sa fierté quel que soit le sujet-
Au final, je pense surtout que les essais de transformations et le travail à faire autour va lui permettre de mieux se comprendre et de mieux se découvrir. Ça pourrait même lui permettre de s'ouvrir un peu plus aux autres en grappillant de l'expérience et une nouvelle forme d'assurance.
Enfin, c'est aussi une nouvelle façon de vivre pour lui et de se rapprocher de la simplicité de la nature. Eiji est né sur une île où seule sa famille vit et sur laquelle les étrangers ne pose jamais le pied, la chose la plus simple dans cette nature insulaire ce sont les plantes et les animaux donc en devenir un, c'est pouvoir se fondre dans le décor et se rapprocher un peu plus de cette nature. De plus, le choix du renard (même si il n'en a pas conscience pour le moment) n'est pas anodin, outre les caractéristiques propres à l'espèce, c'est aussi un animal mythologique au japon (comme le Kitsune) et ça fait aussi parti des fondamentaux d'une religion du japon, des temples étant dédiés aux renards.
Pour la couleur noire (plutôt que rousse) c'est autant pour se rapprocher du physique d'Eiji que du fait qu'il est extrêmement rare d'en apercevoir un, ça englobe donc parfaitement différents traits de sa personnalité, de son mode de vie et de pensée.

Décrivez la manière dont le don a été acquis :

Il n'avait fallu que quelques flammèches bleu pour que son nom sorte de la coupe de feu, quelques flammes pour qu'il se rende compte que le choix de cette coupe ne faisait pas que des heureux, à commencer par son propre directeur. Pourtant, c'était ainsi et rien ne pourrait plus être changé, Eiji avait été sélectionné et assumerait pleinement cette position quoi qu'il en coûte, quoi qu'on en dise et qu'importe ce qui arriverait, il ne baisserait pas les bras, son objectif pour ce projet resterait totalement intacte comme était restée intacte sa volonté de devenir animagus. Comme tout le reste, il n'avait jamais donné son avis à personne sur la question, n'avait jamais émis l'hypothèse de vouloir posséder ce don. Il avait fait ses recherches quasiment seul et, quelque jours plus tôt il avait senti que le temps était venu. Il ne pouvait nier s'être penché sur la question des mois plus tôt alors qu'il parcourait l'île qui l'avait vu grandir avec son grand-père. Pour la première fois et seulement à cet homme avait-il évoqué son envie de devenir la nature, un être plus proche d'elle, plus simple encore que ce qu'il était actuellement et son grand-père avait compris, par énigme et sous le couvert d'un désintérêt quasi-total, il avait donné quelques pistes à son petit fils, laissant de vieux manuels traîner ici et là afin qu'Eiji puisse s'en imprégner.

Il aurait pu tester plus tôt, pendant les vacances où juste avant que le bateau de Durmstrang ne mette les voiles pour Poudlard, mais l'annonce du tournoi des trois sorciers avait changé ses plans et ajouté un obstacle qu'il allait devoir surmonter et contourner. Il en était capable, il le savait et sous la lune argentée, il avait glissé la feuille de mandragore dans sa bouche ; quelques jours seulement avant que son nom ne sorte de la coupe. Il lui faudrait la garder un mois et ne pas risquer de l'avaler où de la perdre par inadvertance, chose qui pouvait sembler plus difficile à faire qu'il n'y paraissait. Le goût allait sûrement lui poser problème au bout d'un moment et bien qu'il soit peu loquace, il allait devoir faire l'effort d'ouvrir encore moins la bouche que les précédents jours. Chose qui devenait encore un peu moins aisée alors qu'il découvrirait bientôt qu'il serait sélectionné pour représenter son école, qu'il allait devoir échanger avec son mentor peut-être plus qu'il ne l'aurait souhaité et qu'il obtiendrait bientôt l'indice pour le Tournoi. Mais n'était-ce pas là tout l'intérêt de la chose, réussir à concilier les deux et avancer sur deux voies différentes tout en ne faisant qu'un. Savoir se dissocier était essentiel et la feuille resta en place ainsi, il l'oublia presque, laissant le temps faire son office. Parfois il la sentait se désintégrer légèrement sous l'influence de sa salive mais jamais rien ne disparut tôtalement, la mandragore reste collée sous sa langue, se mouvant parfois à l'intérieur de sa joue. Il la sentait, son goût et sa texture se mêlait aux aliments qu'il ingérait, si bien que tout perdait de sa véritable saveur ; rien d'insurmontable, cette étape était probablement la plus simple pour lui. Le reste le serait beaucoup moins et Eiji, comme pour se donner du courage, continuait à parcourir les parchemins qui parlait de cette transformation. Avoir cette feuille dans la bouche était une épreuve qu'il ne pouvait manquer, il ne pouvait échouer ici et son cœur s'était mis à battre la chamade alors que la pleine lune réapparaissait enfin.

Il s'était écoulé un mois jour pour jour. Un mois qui donnait l'impression de ne plus finir. Ce qui paraissait simple au départ était devenu handicapant, son esprit n'était jamais pleinement concentré tant il souhaitait éviter d'avaler la feuille ou de ruiner ses efforts quant à cette première étape. Au final, ça avait été plus dur qu'il n'y paraissait, il lui avait fallu de la patience et de la ténacité ainsi que des nuits de sommeil par vraiment réparatrice. Mais ce simili calvaire pouvait enfin prendre fin. Sortant de ses quartiers sur le bateau de Durmstrang, Eiji se fondit dans la nuit, sa feuille maintenant collée à son palais, aussi discret qu'un souffle de vent, il parcourut le parc pour se diriger vers les serres, un lieu familier où sa première rencontre avec une élève de Poudlard ne pourrait être oubliée. Elle se nommait Astra et cette nuit là, il lui semblait la voir sous les éclats de la lune. Délicatement, Eiji retira la feuille de sa bouche, les rayons lunaires jouant dans les feuilles des arbres environnants, et la plaça dans la petite fiole de cristal que son grand-père avait glissé dans ses bagages. Ainsi la première étape était terminée, mais le processus restait long et ce qui allait suivre ne serait pas moins compliqué si ce n'est incertain. Dans deux jours, la première tâche du tournoi commencerait, mais ce soir, c'était sa propre tâche qu'il avait effectuée.
Mon savoir
Mes 5 premier sortilèges :

Ils sont à choisir dans la liste de sorts proposer par le forum, dans la limite de votre âge/année d'étude.

¤ Aguamenti
¤ Reducto
¤ Stupefix
¤ Incarcerem
¤ Protego

Ici vous allez nous renseigner sur votre moyenne ou vos notes aux buses/aspic afin que nous ayons une petite idée de votre niveau scolaire, évidement les surdouée qui aurons des "0" ou des "E" dans toutes les matière ne seront pas admis. Car personne n'est parfait.

De la 1è à la 5è année :

→ Arts Obscurs & Combat : Or
→ Sortilège : Argent
→ Botanique : Argent
→ Métamorphose : Or
→ Potion & Elixir : Or
→ Devoir Civique : Bronze

Option de 3è année :

→ Alchimie : Argent
→ Arts Martiaux : Or

6è & 7è année :

→ Arts Obscurs & Combat : Or
→ Sortilèges : Or
→ Botanique : Argent
→ Métamorphose : Or
→ Potion & Elixir : Or
→ Devoir Civique : Bois
→ Alchimie : Bois
→ Arts Martiaux : Or







Eiji Nikolaïovich K.
ne couvrez pas de voiles sinistres tout ce qui brille.
Revenir en haut Aller en bas
http://historia-pactum.forumactif.com/t3163-eiji-n-kurotchkine http://historia-pactum.forumactif.com/t2801-eiji-n-kurotchkine-maj-le-29-12-2018 http://historia-pactum.forumactif.com/t2777-eiji-n-kurotchkine http://historia-pactum.forumactif.com/t2855-eiji-n-kurotchkine-o-zouwu-nom http://historia-pactum.forumactif.com/t1519-eiji-kurotchkine#18609
Le choixpeau magiqueHistoria PactumLe choixpeau magique
Maitre du jeu
Exp : 470
Points de vie (HP) : 5000
Baguette : les chapeau n'ont pas de baguette
Photomaton : Eiji N. Kurotchkine 3267122442_1_3_oMmgz4Wk
Célébrité : Le choixpeau magique
Parchemins : 3801
J'aime : 1
Date d'inscription : 14/10/2016

Secreto Revelio
Classe de Combat [Principale]:
Sortillèges appris:
Mon Familier:

Eiji N. Kurotchkine Empty
MessageSujet: Re: Eiji N. Kurotchkine   Eiji N. Kurotchkine EmptyVen 8 Fév - 9:43





Bienvenue dans notre communauté de fous !

Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio! Te voici prêt(e) à aller jouer sur le forum. Tu as été ajouté au groupe BAKLAVAS.

Mais pour une expérience optimale, tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens , créer ton répertoire de RP dans cette section et créer un scénario en faisant un sujet ici !







« Rien ne m'échapp' rien ne m'arrête, Le Choixpeau a toujours raison ! Mettez-moi donc sur votre tête, Pour connaitre votre maison.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
 

Eiji N. Kurotchkine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Serpent Ivre [Pv: Eiji]
» (Vente) G/ Eiji Kawashima 69 - 33 ans
» Rei Kawashima
» Demande Rp d'Eiji Date

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia Pactum :: Avez-vous vu ce sorcier ? :: Cérémonie de répartition :: Répartitions reconnues-